22 Jan 2021
Jeu du RoiReine avec les élus de la Ville de Nantes

Avec Sylvain Rivaux, nous avons animé des séminaires collectifs et accompagné des démarches de suivi individuel entre septembre et décembre 2020 pour les villes de Nantes et la Rochelle. 

En 2020, j'ai engagé une collaboration plus étroite avec mon ami et collègue Sylvain Rivaux d'eeVee, également animateur accrédité du jeu du RoiReine. Nous avons notamment mené ensemble des interventions auprès d'élus et de cadres de collectivités.

Un accompagnement de 56 élus de la ville de Nantes

À Nantes, nous accompagnons les 56 élus de la majorité municipale sur deux axes : la cohésion d’équipe et l’élaboration d’une feuille de route collective à un an, puis cinq ans. À l’aide des outils d’intelligence collective et de facilitation, nous avons pour mission de contribuer à :

  • sortir de l’effet "silos" et animer la transversalité, tant humaine (sortir des clivages politiciens d’appartenance) que sur le projet (s’approprier collectivement le projet commun à mettre en œuvre) ;
  • créer une véritable équipe sur la durée du mandat, tant sur le fond que la forme.

Une mission pour la direction générale de la ville de La Rochelle

À La Rochelle, c'est auprès de la direction générale que nous intervenons, là aussi avec des outils d’intelligence collective et de facilitation :

  • renforcement de la cohésion d’équipe avec l'utilisation du jeu du RoiReine et des entretiens individuels de suivi ;
  • élaboration d'un plan d’action pour co-construire le projet d’administration avec un comité de direction élargi et un panel d’agents municipaux.

Aider les leaders politiques à se projeter vers l'avenir

Ces deux missions ont démarré à l'automne et d'autres actions sont programmées pour 2021. Elles sont passionnantes à mener, aussi bien par leur contexte que leurs objectifs.

En effet, il s'agit d'accompagner la mise en place d'un nouveau mandat et d'une nouvelle équipe tout en s'attachant à renforcer la mutualisation entre Ville et communauté d’agglomération pour ce qui est de la Rochelle, et par là de contribuer à écrire un nouveau chapitre de l'histoire de ces territoires.

Décider de l'avenir de ses concitoyens n'est pas une tâche aisée. Afin d'aider les leaders politiques à mener leur mission, nous cherchons à révéler, impulser et harmoniser des dynamiques individuelles comme collectives en mettant en avant des valeurs clés telles que l'écoute, la confiance, la congruence, la réciprocité...tous les ingrédients pour "mieux jouer collectif" en améliorant la connaissance mutuelle. 

 

3 questions à Sylvain Rivaux

Sylvain Rivaux

Tu interviens souvent auprès d’entreprises privées. Quelles différences perçois-tu dans ce travail mené auprès de deux collectivités locales ?

Il est extrêmement difficile de généraliser car les besoins, les problématiques, la culture peuvent être extrêmement différents d’une entreprise à une autre. Et j’imagine qu’il en est de même pour les collectivités locales.

Cependant, si je devais partager deux choses qui m’ont interpellées :

  • Premièrement, pour les cadres que l’on a accompagné, j’ai été très impressionné par un très fort engagement. Ils sont véritablement portés par le sens de leur mission. Totalement conscients de l’importance de leur rôle dans notre société actuelle.
  • Deuxièmement, les collectivités locales restent des organisations extrêmement processées avec des modes de management très « commande et contrôle », même si de plus en plus d’initiatives sont lancées pour amener plus de collaboratif et pour inciter les hommes et les femmes de ces organisations à être plus autonomes et prendre des responsabilités. En disant cela, je pense immédiatement aux organisations « opales » décrites par Frédéric Laloux dans son livre Reinventing organizations qui devraient être de mon point de vue une vision à moyen terme portée par les leaders de ces organisations. L’organisation opale s’appuyant sur 3 piliers : la raison d’être évolutive (le sens), la plénitude (le rester soi-même) et l’auto-gouvernance (plus d’autonomie).

 

Tu es coach et facilitateur en intelligence collective. Je suis thérapeute. Selon toi, en quoi nos approches sont-elles complémentaires dans ce type d’interventions ?

Pour moi, la complémentarité réside dans la nature même des pratiques et tout particulièrement le rapport au temps et l’obtention de résultats tangibles dans un délai donné.

Pour un coach ou un facilitateur en intelligence collective, le client a en général un objectif précis à atteindre dans un temps donné (temps souvent très (trop) court). Données d’entrées qui sont évidemment très différentes pour le thérapeute.

Aujourd’hui, dans notre monde qui vit en permanence en mode accéléré, nous avons oublié que pour opérer des transformations en profondeur il faut aussi savoir se donner le temps. J’aurais presque envie de dire savoir parfois s’accorder avec des rythmes de la nature. Surtout quand il s’agit de l’humain.

Par ailleurs, ralentir le rythme et ne pas partir avec des objectifs trop précis est souvent une opportunité de laisser la place à l’émergence de choses imprévues. En innovation, on parle par exemple de sérendipité qui désigne la capacité à faire par hasard une découverte inattendue d’intérêt supérieur à l’objet de la recherche initiale.

La difficulté bien entendu réside dans le fait de trouver le juste équilibre entre des résultats concrets à court terme et se laisser le temps, et pourquoi pas se laisser surprendre par la direction prise.

 

Nous sommes tous deux animateurs certifiés du Jeu du RoiReine. De ton point de vue, qu’est-ce que ce qu'il apporte d'innovant dans ces actions d’accompagnement de collectivités locales ?

De mon point de vue, c’est l’opportunité pour les cadres des collectivités locales de développer un leadership plus authentique par l’intermédiaire d’une méthode totalement expérientielle. Méthode qui met à contribution les 3 cerveaux : tête, cœur, tripe. Approche qui peut dans un premier temps déstabiliser car dans le monde professionnel actuel, le mental a quasiment l’exclusivité des considérations.

Par leadership authentique, j’entends l’opportunité pour le leader :

  • De mieux se connaitre : être conscient de ses talents, de ses sources de motivations, de ses axes d’amélioration, de ses mécanismes de défense … car tout part de soi ;
  • de tisser des liens plus étroits et plus justes avec ses collègues ;
  • d’adopter le style de management le plus adapté à chaque situation, en particulier de mieux gérer les situations de stress ;
  • de prendre des décisions plus "écologiques" pour l’ensemble des parties prenantes.

Si vous l'acceptez, ce site utilisera des cookies pour améliorer votre expérience de navigation.