Oser plutôt que se lamenter, partager plutôt qu’accumuler, espérer plutôt que se résigner, expérimenter plutôt que subir… Voilà quelques formules, un peu ambitieuses peut-être, qui résument ma démarche, en politique comme dans ma vie quotidienne. Je pourrais en ajouter d’autres. Accompagner plutôt que critiquer, participer plutôt que regarder… Et puis ma préférée : la coopération conflictuelle plutôt que le consensus mou !
C’est cette philosophie de vie, celle que mon éducation, mes parents, mes amis m’ont transmise, celle que j’enrichis à chaque rencontre, qui fait mon quotidien.

C’est cette philosophie qui m’a entraîné dans le sport, à bon niveau… quand l'âge de mes artères me le permettait.

C’est elle qui m’a entraîné dans l’énergie de l’économie sociale et solidaire, depuis plus de vingt ans, et dans les riches émotions de la coopération internationale, depuis dix ans déjà.

C’est elle qui a provoqué mes plus belles rencontres, c’est elle qui a construit mes plus beaux instants.

C’est elle qui m’a donné la préoccupation de l’homme et de son bien-être individuel, le goût de l’accompagnement psychologique dont j’ai fait mon métier.

C’est cette même philosophie enfin qui m’a dirigé vers la politique, il y a quinze ans, à la grande surprise de quelques-uns !

Ma grande fierté est que cette philosophie soit restée le cœur de mes engagements. Expérimenter, accompagner, partager : ces mots me suivent et j’essaie de les cultiver chaque jour. Oui, je suis délibérément du côté du changement, du progrès. Oui, je suis du côté du social, de la solidarité. Oui, je suis écologiste, et je suis intimement persuadé que la question écologique est indissociable des questions sociales et économiques.

Je ne suis vraiment pas un idéologue, c’est d’abord l’action qui me guide. Et si je ne connais pas l’exacte destination, je sais parfaitement ce que doit être le chemin : c’est l’équipe, c’est la réflexion partagée et le travail collectif qui nous mèneront au plus loin.

Je l’ai expérimenté dans mon expérience de vie : une dynamique collective vaut plus que mille initiatives isolées.

Et demain ? C’est encore comme cela, dans le collectif et le partage, que je veux contribuer à faire changer le monde et à bousculer la politique.

En toute modestie, cependant.

Dans la bonne humeur et la décontraction, sérieux mais souriant, prêt à beaucoup de travail mais prêt aussi à beaucoup de fêtes et de convivialité.