04 Fév 2018

Formé au Jeu du Roi et de la Reine, j'ai eu l'opportunité d'animer plusieurs ateliers et stages ces derniers mois en collaboration avec mon ami et confrère Pascal Mullard. Les retours des participants sont extrêmement positifs et cela nous motive encore plus à faire connaître ce format original de stage qui permet de se (ré)approprier son pouvoir d'agir.

 

Pascal Mullard

Psychothérapeute et co-animateur du Jeu du Roi et de la Reine

Pascal Mullard"Co-animer avec Jean-Philippe est à la fois une évidence, un cadeau et une invitation continue à progresser encore, à nous découvrir. Amis depuis plus de 20 ans, nous savons depuis toujours partager ce qui se trame dans l’intime, partager nos questions, nos doutes, nos espoirs. Nous savons nous soutenir quand nous avons à faire face aux difficultés rencontrées sur nos chemins de vie. Ces derniers temps, nous avons constaté comment la fluidité de nos interventions s’est installée, non comme le résultat d'un travail acharné pour y parvenir, mais en réponse à un lien profond, qui s’éclaircit et s’approfondit de jour en jour.

Nous offrons au groupe que nous accompagnons un duo d’animation construit sur cette base solide, et j’imagine que c’est en partie à cela que nous devons les retours des participants à nos stages, qui apprécient notre pratique. La capacité à s’ajuster quand cela est nécessaire est aussi un apport précieux à la dynamique de groupe.

Profondeur, plaisir, rigueur et légèreté à la fois : c’est notre foi en la flamme qui danse en chaque être humain qui nous permet de conjuguer tout cela, à chaque fois de manière différente."

 

 

Nadine Lobut

Coach
www.dicible.com

Nadine Lobut"En juin dernier, j’ai eu la chance de participer à un stage "Jeu du Roi/Reine", animé par Jean-Philippe et Pascal. Coach moi-même, et dans une période un peu lourde à vivre, je n’attendais pas de réponse précise à un problème, mais j’avais envie de découvrir l’outil, et de jouer le jeu. En l’expérimentant, en le vivant, j’ai été "bluffée" par sa puissance. À l’issue du week-end, je n’avais qu’une envie : le faire découvrir à d’autres et leur permettre de le vivre à leur tour. Aussi ai-je organisé un nouveau "Jeu du Roi/Reine" avec les mêmes animateurs, les 20 et 21 janvier derniers à Dijon. À la lecture des retours des participants, ce fut, une fois encore, un riche et intense vécu, dont les effets ne s’arrêtent pas à deux journées de stage. Ils imprègnent la vie de chacun et se perpétuent dans le temps.

Pour ma part, je me suis chargée de la logistique et j’ai eu à cœur de prendre soin du groupe dans l’accueil et à l’occasion des repas ; à mon sens, des moments importants, précieux, indispensables, qui fortifient le groupe et la dimension chaleureuse du stage. Ce rôle que je me suis attribuée par plaisir a été une autre magnifique expérience et un vrai bonheur. L’aventure avec Jean-Philippe et Pascal est lancée et pleine de promesses !"

 

 

Claire Hourlier

www.facebook.com/lejouroujaiouvertmoncoeuralinconnu
www.decoeuràcoeur.com

Claire Hourlier"Lorsque j'ai entendu parler du "Jeu du roi" cela a immédiatement résonné joyeusement en moi, d'abord parce que jeu, et ensuite parce que roi. Une association de bienfaiteurs en somme…

J'adore le jeu, les jeux, le je. 

Se perdre dans le jeu pour trouver le je qui nous anime royalement. 

Et pour accéder au roi/à la reine, parfois il est nécessaire de rencontrer d'abord le mendiant.

"Miroir, mon beau miroir, serai-je la reine ce soir ?"

Dans ce jeu, j'ai aimé d'abord le découvrir, ensuite m'y plonger, et aussi me laisser porter par l'animation, l'ambiance, en douceur et profondeur. 

J'ai aimé être le témoin silencieux des sujets présents. 

J'ai aimé entendre le témoignage vivant de la reine qui sommeille en moi et chacun de nous. 

Au royaume des jeux, la vie est reine. 

Un jeu émotionnellement intelligent. Une très belle expérience portée par la sensibilité et l'authenticité de Jean Philippe et de chacun-e des participant-es."

Claire, reine d'un soir éternellement 

 

 

Magalie Rohm

www.lescouleursdeletre.com

Magalie Rohm"Une fois, j'ai pris place parmi les Conseillers d’un Roi ; une autre fois, j'ai été la Reine.

Dans la première configuration, l'écho direct avec ce que j'abordais alors dans ma vie était entier, ma présence sur l'archétype choisi mettait en lumière ce que je pouvais acter.

Dans la deuxième, j'ai reçu une abondance de dons ! Autant de personnes qui reflétaient autant de facettes de... moi. Dans la thématique, la blessure ou l'affirmation. Au détail près. Ou de façon plus floue, mais me permettant de me questionner sur cet aspect particulier en moi.

J'avais à l'extérieur mon paysage intérieur, au moment de cette constellation. Et c'était beau !

Très puissante expérience, avec la guidance de Jean-Philippe qui vient en douceur mettre en exergue ce qui doit (ou peut) l'être.

À découvrir !"

 

 

Ouria Yazid

"Je me sens le devoir de conseiller le Jeu du Roi à mes proches"

Ouria YazidOuria, 41 ans, est la maman de deux filles âgées de 8 et 4 ans. Avocate en droit du travail pendant près de 10 ans, elle a rejoint depuis 3 ans la filiale française d’un groupe espagnol de la distribution textile. Elle a récemment fait le choix de reprendre une formation professionnelle en négociation et relation sociale, avec pour finalité d’accompagner activement dans un avenir proche la conduite du changement dans le monde du travail.


Qu'est-ce qui a déclenché chez vous l'envie de faire un stage jeu du roi ? Aviez-vous une attente particulière ?

J’ai pris connaissance de la présentation de ce jeu dans une période d’inaction de plusieurs dizaines de mois qui me mettait dans un inconfort de vie. De nature plutôt active, décisionnaire, je me suis retrouvée dans l’impossibilité d’agir, bien malgré mon intention. Le renvoi, dans le texte de la présentation du jeu, au "pouvoir d’agir" a déclenché immédiatement l’envie de participer à ce jeu. Le calendrier, à janvier 2018, a également encouragé mon inscription. Comment se passer d’une telle opportunité de se ressaisir de son pouvoir d’agir en début d’année nouvelle !

La réalité pour moi a été que l’action a repris dès l’inscription… mon attente du jeu était la surprise. Je l’ai été. Je n’ai rien lu, en dehors de la présentation du jeu, j’avais à cœur de découvrir.


Comment l’
avez-vous vécu ? qu’aimeriez-vous en dire ?

J’ai vécu un nouveau voyage intérieur d’une intensité émotionnelle suffisamment apaisante et rassurante pour être dans le partage, la confiance, et l’interaction bienveillante, mais aussi suffisamment questionnante pour en ressortir avec l’envie de poursuivre ou d’entamer le changement avec courage (force d’âme), détermination et sérénité.

Je dirais simplement que je l’ai "bien" vécu, ce qui est déjà un indicateur de satisfaction en soi. Je me suis sentie vivante dans mes joies comme dans mes peines, dans mes convictions comme dans mes doutes.


Comment avez-vous vécu l'après-stage ? Quels mouvements a-t-il provoqué, déclenché en vous ?

L’après-stage, c’est trois jours de flottement, comme portée par cet amour partagé le temps d'un weekend, ces bons sentiments, cette profondeur d’âme. Et puis, le quatrième jour, l’affluence du quotidien s’est emparé de nouveau de moi, pour créer de la confusion et même de la colère. La présence des animateurs dans cette "phase d’après" me paraît tout aussi déterminante que leur présence pendant le stage. Leur disponibilité est précieuse, mais surtout efficace.

À J+6, c’est le plaisir de l’équilibre mais sans l’ennui, c’est le retour à la modération mais sans la convention, c’est la joie retrouvée avec une pointe de folie assumée. C’est la vie qui me ressemble, c’est la vie que je veux respirer chaque jour !


Conseilleriez-vous le Jeu du Roi et de la Reine à des proches ? Pourquoi ?

Je me sens le devoir de le conseiller à mes proches, à mes rencontres de chaque instant. Il m’a été enseigné par mon père que le bien que la vie m’apporte doit se partager pour se décupler. Et que plus le bien circule, plus il l’emporte sur le mal. Très manichéen comme vision – je vous l’accorde –, mais tellement aidante et aimante.

Jamais je ne garde près de moi les recettes du bonheur, les porte-joies. Lors de mes années d’étudiante, ma mère m'avait donné trois petits sucres dans lesquels elle avait concentré ses espoirs pour mon succès aux examens. Je les ai réussi, et immédiatement après j'ai cédé les trois petits sucres à celle de mon entourage dont j’ai senti qu’elle en avait besoin à son tour.

C’est ma philosophie de vie : trouver les recettes du bonheur, les tester et les cultiver, et puis les céder aussitôt. Mes trois petits sucres d’hier sont à l’instant présent le Jeu du Roi et de la Reine… les petits sucres sont donc déjà en chemin…