20 Sep 2017

Avec mon ami et collègue thérapeute, Pascal Mullard, nous venons d'animer successivement trois stages du "Jeu du Roi et de la Reine © (JDRR)" avec un plaisir non dissimulé, conscients que cet outil, par sa puissance et sa justesse, permet à chacun-e de se (ré)approprier son pouvoir d'agir, son leadership intérieur. Très prochainement, nous publierons le planning des stages 2018. Si vous êtes intéressés pour participer à un stage ou en monter un, n'hésitez pas à me contacter 06 37 38 20 72 ou jpm@jeanphilippemagnen.fr

Issue des travaux de Dominique Vincent, basée entre autres sur l’approche systémique et sur les travaux de Jung, cette méthode de formation au leadership permet d’explorer votre « théâtre intérieur » qui détermine votre façon d’interagir sur la « scène extérieure ». Des parties de vous - dites « archétypales » - composent votre personnalité. En interaction avec les archétypes des autres, ces parties vont s’animer dans la mise en scène du Jeu du roi.

Il s’agit d’une expérimentation intense et décalée de développement personnel et professionnel, une constellation guidée, un voyage exploratoire passionnant, pour vous faire évoluer en conscience vers un leadership plus puissant.

« Le conseil du royaume est une puissante métaphore pour révéler notre monde intérieur. » ou « Le JDRR met en valeur l’importance des intentions conscientes clairement exprimées, mais aussi des dynamiques inconscientes des personnes et des groupes. Il n’y a évidemment pas que le logique et le rationnel qui mènent le monde, il y a l’émotionnel et même le spirituel, le sens que nous donnons à notre vie et à nos actions ».
Dominique Vincent, fondateur du JDRR Site Jeu du Roi et de la Reine

Qu’est-ce que le Jeu du Roi et de la Reine ?

Le JDRR consiste principalement en un psychodrame spécifique mettant en jeu le conseil d’un royaume imaginaire. Ce conseil est occupé par les grandes figures archétypales que sont le roi (ou la reine), le guerrier, le compagnon-bâtisseur, le sage, l’artiste et l’inconnu. Selon K. G. Jung, chaque archétype représente une manière spécifique par laquelle l’énergie vitale d’un être humain peut s’investir concrètement.
Une personnalité royale est celle de quelqu’un qui est véritablement présent dans son corps, particulièrement dans son cœur, et qui reconnaît en lui la présence active de tous les archétypes. Sont mises alors au travail les qualités intrinsèques d’une personne, ses scénarios internes, ses croyances et ses conditionnements, sa vitalité, sa capacité à investir son énergie, autant d’éléments qui se bâtissent tout au long d’une vie, à commencer dans le milieu familial d’origine. L’utilisation de techniques de psychodrame permet la mise en valeur de ce monde interne et de la manière dont il affecte nos choix de vie et nos modes relationnels.
Le JDRR utilise les concepts d’identification introjective et projective dont l’origine se trouve dans la pensée de Freud et qui sont repris largement par la gestalt-thérapie, le psychodrame de Moreno et la psycho-généalogie.

Les grandes émotions perturbantes, c'est le passé. Elles rendent aveugles. Elles trouvent leurs origines dans l'histoire familiale, en particulier la relation à nos parents, à notre fratrie, et aussi dans notre histoire scolaire, et même dans celle de notre milieu d'origine. Compulsion a répéter: hyper protéger les autres, les dominer, la peur de l'autre, la fidélité à nos parents et à notre classe sociale d'origine, ou leur rejet. Des mécanismes de base tels ceux que la psychanalyse appelle identifications projectives et introjectives, tels ce qu’Arnold Mindell appelle dreambody et dream-up, interviennent continuellement dans la vie de l'entreprise. Je m'identifie inconsciemment à mes parents ou à mon milieu, ma classe sociale d’origine, pour m'y conformer ou pour les rejeter. Je projette sur les autres et je vois en eux ce que je porte en moi auquel je ne peux m'identifier consciemment. Cela rend aveugle et bloque l'intuition. Le jeu du roi met au travail ces mécanismes et permet de les décoder. Comment? Par une méthode systématique: le suivi constant de l'émergence en soi des images, ressentis et scénarios et leur dévoilement volontaire avec l'aide bienveillante du groupe.

Et pour un "leader" en entreprise…

Concrètement dans le JDRR, Chaque participant est invité à occuper successivement le trône du roi et à mener son conseil autour d’un thème qu’il propose. Les autres participants incarnent le ou les archétypes qui les inspirent, en relation avec celui ou celle qui occupe le trône et le scénario qui se déploie. Après un jeu d’une quinzaine de minutes, prend place un débriefing où chacun dévoile ce qu’il a ressenti et le pourquoi de ses attitudes et prises de position. Chaque participant est invité à explorer en quoi ce qu’il a joué par rapport aux autres, parle de son monde intérieur, de ses forces et de ses points faibles, en particulier des éléments qui souvent le piègent parce que non réellement intégrés. Le roi ou la reine est invité à écouter l’intégralité de ce que les membres de son conseil ont vécu avec l’hypothèse qu’il s’agit là de son propre monde interne mis en action. Tous apprennent à discerner et à remettre en œuvre des ressources parfois insoupçonnées. Pour que cela soit possible, le formateur doit faire preuve d’une attitude inconditionnelle de non jugement et d’accueil bienveillant, et doit avoir la capacité d’insuffler cette attitude entre les participants.

L’entrepreneur a intérêt à développer sa capacité à gérer tout autant ses vécus émotionnels intérieurs que la dynamique des interrelations entre lui et ses partenaires, ainsi que de ses partenaires entre eux. Il a tout intérêt à stimuler, parfois par sa simple présence, la synergie et la créativité de tous, qu’ils soient employés, clients, intervenants extérieurs…

Le Jeu du Roi lui offre une sorte de laboratoire où il peut expérimenter et observer en direct les méta-compétences du leadership, celles qui ne peuvent s’enseigner comme des techniques qui relèvent du faire, mais qui peuvent s’apprendre par mises en situation et expérience directe. Citons quelques unes de ces méta-compétences : la capacité à écouter et à recevoir des feedback ; la conscience de se qui se passe en soi pour inspirer et influer les personnes autour de soi ; la capacité à intégrer la diversité, celles des caractères et des dons de chacun, ainsi que celles qui concernent les diversités ethniques et culturelles ; la capacité à faire face à des situations de conflit impliquant une forte charge émotionnelle ; la bienveillance, capacité à se mettre à la place de l’autre, à ressentir ce qui se passe en lui, à prendre en compte sa vision du monde et des situations particulière. Cela mène à l’attitude gagnant-gagnant.

 

Prochains stages, tarifs...
pour toute information, contactez-moi